EDITO

« Le 21 juillet 1998, 31 personnes s’évadaient du Centre fermé pour demandeurs d’asile de Steenokkerzeel, dans la périphérie bruxelloise, avec la complicité chahutée du Collectif contre les expulsions. Dans ce livre, ces personnes, vouées désormais à la fuite, à la clandestinité, témoignent : rejetées sous nos latitudes, condamnées dans leur propre pays, elles ont la lucidité et l’insolence de qui n’a plus rien à perdre que la vie.

Les barbelés de la honte, 1998

Les barbelés de la honte, 1998

La vie ? Dans ce combat, Semira Adamu a misé et perdu la sienne. Le 22 septembre 1998, cette jeune sans-papier nigériane périssait, suffoquée sous un coussin, en résistant à une sixième tentative d’expulsion. Quelques jours avant son décès, elle nous rapportait par téléphone l’ambiance qui régnait à l’intérieur du camp après les évasions, le désespoir des sans-papiers et l’exaspération de leurs surveillants : ici, il y en a qui sont capables de tuer, nous disait-elle.

Marco Carbocci, Tom Nisse et Laurence Van Paeschen, tous trois journalistes à l’époque et membres du collectif, se sont attelés à l’écriture de ce livre dans l’urgence. Il s’agissait de restituer aux 31 évadés, même fugitivement, une parole que les autorités leur avaient niée jusque-là et que leur nouvelle clandestinité leur interdirait à l’avenir.

Ce livre fit un peu de bruit, en Belgique : les hasards du calendrier éditorial imposèrent sa parution quelques heures après l’annonce de la mort de Semira. L’opinion publique avait été secouée par les circonstances de cette mort. Le livre contenait ― mais bien malgré lui ― les dernières paroles, les seules paroles en vérité, de Semira Adamu. Vivante, on l’avait rejetée, crachée, vomie. Morte, elle eut droit à des funérailles nationales. Bravo ! Et puis quoi ? Le temps file et l’opinion passe à autre chose.

Il ne s’agit pas de refaire ici la promotion du livre : il est épuisé depuis longtemps et ceux qui en sont curieux le liront  en ligne.

Il s’agit plutôt de signaler ce témoignage à tous ceux qui ont la volonté de se battre encore, d’entretenir le débat avec tout qui se sentira concerné par l’indignité des expulsions. De souffler sur les braises en somme, quitte à ranimer toutes les rancœurs. Quitte à faire vraiment mal.

À cet effet, ceux qui le souhaitent trouveront également sur le site web de Marco Carbocci (rubrique Carnets),  quelques-uns des articles et éditoriaux qu’il a consacrés aux sans-papiers ― et singulièrement à l’homicide légal de Semira Adamu ― dans la presse belge et italienne.

(introduction copiée du site web de Marco Carbocci)

***

Publié en 1998, le livre est malheureusement épuisé. Ce blog met à la disposition de tout un chacun ce témoignage en ligne.

Publicités

Une Réponse to “EDITO”

  1. Tom Says:

    Merci pour ça Marco.
    Tom


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s